CONTACT >

http:// www.ienacomite.com

E: ienacomite@gmail.com

© 2018 by Comité  Iéna

Proudly created with Wix.com

CAHIER D'IENA #4

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Petit Déjeuner Républicain du 22 juin 2018

BIOETHIQUE et ADOPTION

 

Intervenante : Elizabeth Quessette , ex-Responsable Amérique Latine à la Mission Adoption Internationale de Médecins du Monde.

 

Les débats sur la bioéthique vont porter sur des sujets aussi variés que la biologie et l’organisation sociale qui, touchant à notre quotidien,nous intéressent tous et de ce fait pourront faire l’objet de ressentis et d’interprétations différentes en fonction de notre expérience,de notre culture ou de notre religion.Il nous a semblé intéressant de déminer,ne serait-ce que modestement,ce champ de polémiques potentielles en apportant un éclairage sur deux des aspects de la parentalité du futur ,la construction de l’identité de l’enfant et l’identification d’une généalogie,en s’appuyant sur une longue expérience de l’adoption internationale au cours de laquelle ont été mises en oeuvre des solutions pratiques pour l’adoption par des homosexuels et pour la recherche des origines qui pourraient répondre à la problématique de la PMA et de la GPA.

Le caractère international de ce qui suit est peu significatif sur le fond tout en correspondant à la réalité formelle vécue par l’intervenante pendant les années où les difficultés rencontrées en France par les candidats à l’adoption les poussaient à s’adresser à l’adoption internationale .

               I- Adoption par des homosexuels

L’adoption par des célibataires a permis à de nombreux homosexuels d’adopter des enfants sans soulever de problème ,sauf en Chine et au Vietnam qui exigent des engagements précis;les difficultés ont commencé avec le PACS lorsque les partenaires des parents célibataires ont voulu faire reconnaître leurs co-parentalité ,ce qu’ a résolu la loi de 2013 autorisant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels. Ceci n’a fait que traduire une évolution de la mentalité des couples d’un mode passif «  j’attends un enfant » à un mode actif « j’exige un enfant » qui n’est pas neutre car à défaut d’adoption il s’ouvre vers la PMA et la GPA. Par exemple cette évolution s’est également ressentie à la Mission Adoption de Médecins du Monde qui,crée en 1988 pour rechercher des parents pour des enfants,recherchait plutôt en 2017 des enfants pour des parents,passant ainsi d’une obligation de moyens envers les familles à une obligation de résultats.

C’est au Brésil qu’ont eu lieu les premières adoptions en 1990 avec la mise au point d’une méthodologie rigoureuse de préparation des familles qui a été ensuite globalement étendue à tous les pays couverts par la Mission Adoption. Parmi les 1172 enfants adoptés en Amérique Latine,quelques dizaines l‘ont été par des célibataires,parmi lesquels des homosexuels et,depuis 2014,9 l’ont été par des couples homosexuels; avec un recul de 28 ans aucun fait particulier n’a été constaté dans la population d’enfants adoptés par des célibataires,preuve que la méthodologie de préparation à l’adoption était bien adaptée à la situation,notamment en préconisant très fortement la présence d’un proche de sexe opposé à celui du ou des parents adoptifs afin d’aider l’enfant à se construire entre un modèle féminin et un modèle masculin ,comme le réclamaient les neuropédiatres.

Des cas précis ont pu être présentés par l’intervenante pour illustrer ses propos et conclure ne pas avoir observé de faits alarmants parmi les enfants élevés par des parents adoptifs homosexuels,ce qui justifierait en soi une adaptation pour les enfants issus de PMA et GPA.

 

               II Recherche des origines

La recherche des origines constitue une étape importante dans la formation de la personnalité de l’enfant adopté,tant pour se construire une généalogie que pour rechercher l’amour « primal » qu’il croit avoir perdu;l’expérience montre que tous y sont confrontés,certains à 9 ans,d’autres à 30 ans lorsqu’ils deviennent parents à leur tour. Les questions tournent autour de la mère biologique: Avez-vous une photo ? À qui je ressemble ? M’a-t-elle tenu dans ses bras ? Se souvient-elle de moi? Pense-t-elle à moi le jour de mon anniversaire ? Pourquoi m’a-t-elle abandonné ? Est-ce que j’ai des frères et sœurs ?

Et aussi : Pourquoi ai-je atterri ici,dans cette famille ? Qu’est-ce que je raconterai à mes enfants plus tard ? Mes origines sont aussi les leurs. Où sont mes amis de l’orphelinat ? J’ai envie d’aller dans mon pays mais en même temps j’ai peur.

Plusieurs cas de retour aux origines au Brésil et en Colombie ont été présentés pour montrer la diversité des obstacles sur la route des retours et le large succès  de la vingtaine de rencontres organisées par les équipes qui avaient participé  dix ou vingt ans avant aux adoptions,c’est à dire le Tribunal qui avait jugé et l’équipe locale de Médecins du Monde qui avait accompagné les familles adoptives.

L’exposé se termine sur la conclusion que cette expérience de la recherche des origines pourrait certainement inspirer les discussions encadrant la PMA,la GPA et le don de gamètes .

                                                             Elizabeth Quessette est une spécialiste des 

                                                opérations d'adoption pour avoir  participé dès 1988

                                                à la création de la Mission Adoption  Internationale

                                                de l'ONG Médecins du Monde où elle a été   

                                                Responsable de l'Amérique Latine,d'abord comme 

                                                bénévole puis comme salariée jusqu'à la fermeture

                                                progressive de la Mission.